Politique : La candidature d'Etienne Tshisekedi wa Mulumba complique les plans ...

Publié le par nsango04.over-blog.com

 Microcosme politique : Tshisekedi sonne-t-il le glas des politiciens d'après 1997 ?

 



L'avènement de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (AFDL) avait engendré une classe des politiciens nouveaux des opportunistes, sans vision politique mais avec la conviction des meneurs d'homme, sans discours politiques mais admirateurs du président de la République, adorant les passages payés à la télé pour être vu du président et rien de plus. Laurent-Désiré Kabila ne croyait même pas à leurs simagrées et courbettes dignes des usages d'une Courroyale. Et les membres de cette classe politique made in Congo qualitativement nouvelle sont parvenu en grand nombre à avoir des entrées aux plus hautes sphères de l'Etat et même à siéger au Parlement où ils forment une majorité mécanique nullement au service de la nation. Ce parlement, notamment sa Chambre basse, est une erreur historique, elle est la chambre d'enregistrement d'une majorité présidentielle que le peuple risque de sanctionner sévèrement pendant les élections de début novembre prochain, entend-on.

Dans cette majorité constituée des opportunistes de tout bord que rien ne prédisposait à la vocation de meneurs d'homme plutôt des musiciens comme certains d'entre eux peuvent faire valoir, le président Kabila n'a pas jusqu'aujourd'hui trouvé les quinze personnes capables de l'aider à réaliser sa vision d'un Congo réellement nouveau. De l'élite de cette majorité, aucune idée fédératrice, aucun projet n'y germent si ce n'est les louanges et adorations sur la personne du chef de l'Etat, tout à fait comme à l'époque honnie du règne de Mobutu. Et le peuple a bien fait voir son rejet total au maréchal-président et à sa cour des courtisans lors de la Conférence nationale souveraine et à l'approche de l'AFDL.

A l'heure actuelle, le président de la République prend un certain nombre de bonnes initiatives mais aucun ministre, ni parti politique proche de lui ne suit. Il lance, par exemple, l'année du social, cette volonté du chef de l'Etat est même tournée en dérision par ceux-là même qui devaient la traduire en actes. Tous regardent au contraire ce que le président va faire pour réaliser son année du social, et rien de plus. Du premier ministre au simple militant de la majorité présidentielle, tous attendaient voir de quelle manière le président de la République va-t-il procéder pour la réalisation de cette année du social. Personne ne se sentait directement concernée. La presse sympathisante la première se contente de répéter à l'envi ces mots du président et de les mettre en vedette dans leurs Unes. Les membres de la majorité présidentielle se réjouissant de cette trouvaille présidentielle sans chercher à creuser les idées sur la façon de la matérialiser au profit des populations. Présentement, leur discours sassé et ressassé se focalise autour des Cinq chantiers, tout leur message politique de campagne électorale et projet de société pour la seconde législature reposent sur ce programme sino-congolais en s'imaginant que c'est du solide sans se rendre compte que le dynamisme politique en cours est porteur des évidences contraires. Et cela est prouvé par la sympathie générale autour de la personne de Tshisekedi qui donne l'impression de gagner la bataille électorale sans coup férir. Et les zélateurs et flatteurs ne voient pas le typhon s'approche à 370 km/heure, occupés à inventer des trouvailles pour plaire au président de la République. C'est normal et du déjà-vu dans le répertoire des politiciens congolais : l'AFDL était à portée de fusil de Kinshasa, Mobutu terrassé par sa maladie, ses soi-disant partisans n'y prêtaient guère attention et n'y prenaient aucune initiative.

LE TYPHON TSHISEKEDI APPROCITE A GRANDE VITESSE

Présentement, la menace est Tshisekedi. Il arrive dans une vitesse de locomotive lancée à toute vitesse mais à la majorité présidentielle aucune initiative n'est perçue. Elle donne l'impression d'une résignation totale si ce n'est quelques rares et inutiles contre-attaques moues dans les médias, et seulement pour tourner en dérision, et sans vraiment y croire, les avancées de Tshisekedi. N'a-t-on pas vu des prétendus idéologues de la majorité présidentielle douter de la percée de Tshisekedi ?

Leur attitude est semblable à celle des contemporains  de Noé jusqu'à ce que Dieu ferme les portes et le déluge arriva. Alors qu'ils avaient tout le temps de se construire un bateau au cas où...

1997, à la prise du pouvoir par l'AFDL, tous les caciques du MPR, ont quitté le pays, fuyant non vraiment la justice du vainqueur mais la furia populaire accumulée pendant un peu plus de trois décennies d'un pouvoir qui croyait que le peuple se contentait bien des discours et des danses. L'espace politique était ainsi déblayé. Pour les remplacer dans un environnement politique indéfini, marqué par le besoin des nouvelles autorités de se constituer des partisans, une nouvelle classe politique est ainsi née. Constituée à 90% des aigris et néophytes politiques, l'opinion qui croyait au renouveau a été surpris de voir la résurgence des fossiles politiques porteuses du discours des années mille neuf cent soixante parce qu'ils n'avaient pas autre chose à dire. Des idées et notions politiques surannées et oubliées sont revenues à la surface ressuscitant dans la foulée des vieilles rancunes et le trop-plein de frustrations refoulées. Cette nouvelle classe politique qui a du retard d'enrichissement à rattraper, a créé un nouveau mode de vie politique totalement différente des idéaux prônés par le nouveau régime, et même par les trois régimes précédents. Elle n'est pas vraiment une classe politique mais plutôt le prolongement des groupes musicaux auxquels elle emprunte le langage et le goût effréné au culte de personnalité, et au régime Mobutu, l'insatiable propension en l'enrichissement. Presque tous les ministres, directeurs généraux des entreprises publiques, des personnes occupant un poste des responsabilités, tous ou presque ont leurs partis politiques, associations, organisations et mutuelles qui vantent jour et nuit, et glorifient le, président de la République, notamment à travers les médias. Ils attendaient, en contrepartie, leur maintien le plus longtemps possible à leurs postes où, le plus souvent, leur gestion de la chose publique laisse à désirer et ne font nullement l'unanimité. Et le peuple n'est pas dupe, c'est ainsi qu'il réserve un accueil délirant à Tshisekedi, le seul qui incarne ses attentes, pour faire tabula rasa. La leçon de l'accueil de Tshisekedi à Lubumbashi et Kinshasa (et bientôt à Matadi et Boma où le président de l'UDPS est instamment attendu), n'est pas encore comprise, par les animateurs de la majorité présidentielle qui continuent à rêver. Et le réveil sera dur.

Commenter cet article