Politique : En plein congrès de PPRD, un caméraman de RTG@ frappé à mort...

Publié le par nsango04.over-blog.com

 

RDC-Elections : Incompréhensible, pourtant vrai, le PPRD en plein congrès, un caméraman de RTG@ molesté...
 
 
 – De gauche à droite bout à bout, Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD et Emile Bongeli, cadre du PPRD, lors du 2ème congrès de leur parti politique le 19/08/2011 au stade des martyrs à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo De gauche à droite bout à bout, Evariste Boshab, secrétaire général du PPRD et Emile Bongeli, cadre du PPRD, lors du 2ème congrès de leur parti politique le 19/08/2011 au stade des martyrs à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

 

 

 

 

Le caméraman Serge Kembila de la RTGA (Radio télévision du Groupe L’Avenir), une station privée de télévision émettant à travers toute la République démocratique du Congo (RDC), a été pris à partie par un groupe des membres du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie(PPRD). C’était le samedi 19 août dernier dans l’enceinte du stade des Martyrs de Kinshasa au moment où le caméraman filmait une cérémonie d’ouverture du 2ème congrès du parti présidentiel qui s’est clôturé hier.
 
Selon l’Observatoire de la liberté de la presse en Afrique (OLPA), un groupe des membres du PPRD vêtus de tee-shirt de couleur jaune s’en était pris violemment à Serge Kembila en tentant de l’isoler des autres journalistes de Kinshasa. Les membres du PPRD reprochaient au caméraman de la RTGA d’avoir pris des images des gradins vides, au lieu de se concentrer sur les seuls gradins du stade pris d’assaut par des militants. Ils ont alors confisqué la cassette vidéo du caméraman avant de disparaître dans la nature.
A travers sa note d’information, OLPA qui est un réseau africain d’experts juristes et journalistes volontaires pour la défense et la promotion de la liberté de la presse, condamne ces actes d’intolérance à l’endroit d’un caméraman en plein exercice de son travail. L’observatoire indique que cette confiscation du matériel de travail constitue une entrave à la libre circulation de l’information et viole manifestement la liberté de la presse garantie par la loi congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme.
Par conséquent, cette organisation demande et exige aux autorités de la ville de Kinshasa de diligenter, après cette agression de Serge Kembila, une enquête susceptible d’identifier les auteurs de ces actes ignobles afin qu’ils soient sanctionnés conformément à la loi, et que le matériel de travail de Serge Kembila soit restitué.
Lepetit Baende / RTG@

 

Commenter cet article