Politique : Etienne Tshisekedi en visite à la Haye chez Jean Pierre Bemba Gombo.

Publié le par nsango04.over-blog.com

 

 

Selon Valentin Mubake : « Bemba c’est un fils de ce pays et je vous annonce que le président Tshisekedi vient de déclarer il y a moins d’une demi heure(…) Dans deux jours, nous retournons en Europe, en route pour l’Afrique…, donc pour le Congo. Et avant de rentrer au Congo, il ira à La Haye visiter Jean-Pierre Bemba qui est incarcéré à la Cours pénale internationale. » * Le geste est certes humanitaire, mais hautement politique. Pour quel dividende ? Après que les sympathisants de l’Udps aient soutenu Bemba en 2006, est-ce le tour du Mlc de soutenir Tshisekedi en l’absence de JP Bemba ?

 

 

Que va chercher Etienne Tshisekedi en Europe ? Cette question est sur toutes les lèvres. A l’Udps, on ne se cache pas en disant que le « lider maximo » va corriger une certaine image qui lui collait à la peau, celle du mal aimé de la classe politique congolaise par la communauté internationale. Pour qui suivent l’actualité congolaise, cette image est exagérée dans la mesure où pendant la transition mobutienne, Etienne Tshisekedi était le chouchou de la communauté internationale à travers ce qu’on appelait à l’époque, la « troïka », entendez la France, la Belgique et les Etats-Unis d’Amérique.

 

Il semble - s’il faut parler des distances que cette communauté internationale avait prises vis-à-vis du leader de l’Udps - que cela est arrivé dès le moment où plus d’une fois Tshisekedi n’a pas tenu jusqu’au bout des espoirs placés en lui. Etienne Tshisekedi doit avoir compris cela. Ce qui explique sa détermination : « cette fois je vais aller jusqu’au bout ». Sans doute il s’est également posé la question de savoir avec qui, dans quel environnement et avec quels moyens. Cela explique la campagne d’explication de la nouvelle option. Avant était-ce une option ? Soit !

 

Autre chose, Etienne Tshisekedi aurait appris que le gouvernement actuel ne serait plus dans les bonnes grâces des pays occidentaux. Il faut donc remplacer Joseph Kabila dans le cœur des occidentaux. La tournée euro-américaine peut s’inscrire dans le sens de ce combat du reste juste et justifié. Encore faut-il s’assurer que l’option est prise sur base d’une analyse juste et justifiée. Après avoir rencontré les foules de Congolais de l’étranger qui ne lui seront d’aucun secours aux élections de novembre, le leader de l’Udps se prépare à poser un geste qui pourrait avoir une certaine justification et une certaine importance politiques.

 

Un tour à La Haye

 

Selon Valentin Mubake qui s’est confié à une chaîne de radio étrangère, avant de reprendre son avion pour la Rdc, Etienne Tshisekedi a décidé de passer par La Haye rendre visite à JP Bemba. Valentin Mubake se faisant ainsi le porte-parole de Tshisekedi a fait cette déclaration à partir de Montréal. C’était le samedi 25 juin dernier. Valentin Mubake a fait savoir que : « Bemba c’est un fils de ce pays et je vous annonce que le président Tshisekedi vient de déclarer il y a moins d’une demi heure(…) Dans deux jours, nous retournons en Europe, en route pour l’Afrique…, donc pour le Congo. Et avant de rentrer au Congo, il ira à La Haye visiter Jean-Pierre Bemba qui est incarcéré à la Cours pénale internationale. »

Le geste est certes humanitaire, mais hautement politique. Pour quel dividende ? Les observateurs sont d’avis que lors des élections de 2006, les militants de l’Udps, en l’absence de leur leader qui avait boycotté le scrutin, se sont reportés - en grande partie, surtout ceux qui avaient boycotté le boycott des élections - sur le leader de l’Udps. Cette fois, on risque d’assister à une sorte de ristourne. En allant visiter JP Bemba dans sa cellule de La Haye, Etienne Tshisekedi pose un geste qui peut ressembler à une demande de réciprocité. Je t&i aidé, aide-moi. Cette fois, c’est le leader du Mlc qui risque d’être absent du processus électoral. Mais avec la différence que JP bemba sera peut-être absent, mais son parti politique est là et entend participer aux élections. Ce qui veut dire que dans le cas où le Mlc prenait l’option de ne pas présenter un candidat autre que JP Bemba à la présidence de la République, il faudra négocier pour qu’il soutienne un de deux candidats de l’opposition en vue. Tel n’était pas le cas en 2006 où les troupes de l’Udps en divagation sont allées paître, sans conditions, dans les pâturages du Mlc.

 

Le Mlc avec Kamerhe ou avec Tshisekedi ?

 

En allant voir JP. Bemba à la Haye, Etienne Tshisekedi peut déclencher cet élan de cœur. Mais, il faudra au finish prendre langue avec ceux qui ont la charge du Mlc. Ce ne sera pas facile lorsqu’on voit un flirt très avancé entre le Mlc et l’UNC de Vital Kamerhe. Répondant au leader de l’Udps, le leader de l’UNC avait dit que s’il y avait à faire la cour, ce serait au Mlc et à son leader, JP Bemba qui avait à son actif 42% de l’opinion nationale exprimée en 2006. Ce qui est une reconnaissance capable de mettre du baume au cœur. Le Mlc n’a encore rien entendu de pareil de la part de l’Udps très jaloux de son histoire dans l’opposition. C’est pour dire qu’au sein de l’opposition, il ne se pose pas seulement le problème de la candidature unique à la présidentielle, mais aussi du mariage dans le triangle de méfiance qui s’impose. Lorsqu’il s’agit de triangle, ce qui impose un troisième élément parfois « complicateur », le mariage devient compliqué. Il nous semble que Vital Kamerhe et Tshisekedi constituent deux pôles séparés par un gouffre de désamour. Par conséquent, le Mlc semble, comme disent les sociologues, jouer le rôle de « l’étoile sociométrique ».

 

Jusque-là, le discours du Mlc ne semble pas encore pencher en faveur d’un choix autre que le candidat du Mlc. Les dirigeants du Mlc sont certains que JP Bemba sera libre avant le 28 novembre 2011. Pour se préparer à cela, il faut trouver une solution pour qu’il s’enrôle. Car, s’il n’est pas électeur, il ne pourra pas être éligible. Avec la clôture de l’opération de révision du fichier électoral, le discours du Mlc sur la candidature de JP Bemba devra changer. On saura si Bemba aura un remplaçant au Mlc ou ce parti politique choisira entre Tshisekedi et Kamerhe.

 

En attendant, le leader de l’Udps séjourne maintenant à Toronto au Canada où il est arrivé le 25 juin 2011. Selon les informations en notre possession, Etienne Tshisekedi séjournera six jours à Toronto. Il rentre en Europe par l’Allemagne avant d’aller à La

Haye.

 

 

 

L’Avenir

Commenter cet article