Politique : Le PPRD en dissidence à quelques mois des élections ?

Publié le par nsango04.over-blog.com

 PPRD : une dissidence à charge d'Evariste Boshab

 

 

 

 

La nouvelle parue dans le trihebdomadaire kinois, «AfricaNews» du vendredi 5 août faisant état d'une dissidence au sein du parti présidentiel -le PPRD- est véridique. N'en déplaise à ceux- là qui essaient de polémiquer ou de vouloir démentir avec force cette information. Ce n'est pas une surprise en soi cette dissidence. Ces départs en masse étaient prévisibles .

Tenez ! Pendant longtemps, les élus, cadres et militants de ce parti exprimaient leur désaccord avec la direction du parti chapotée par le très mégalomane, secrétaire général et président de l'Assemblée nationale, Evariste Boshab, qui ne se gène pas de traiter ses collaborateurs du parti comme ses employés. Cet homme est accusé de gérer les affaires du PPRD comme ses affaires personnelles. Il lui arrive parfois de gérer le parti comme la poche de sa culotte. Même à l'Assemblée nationale, Boshab n'est pas admiré, on regrette Kamerhe, l'ancien speaker. Certains députés vont jusqu'à soutenir que Boshab est le seul président, qui n'a pas convaincu les Congolais au niveau de la présidence de l'Assemblée nationale, ses compatriotes, jugent ses séances ennuyeuses et sans intérêt. Quand à la gestion de Boshab à la tête du parti, elle n'a jamais rencontré les attentes et aspirations des membres du PPRD. Et quand « AfricaNews », rapporte que les cadres du PPRD désapprouvent la direction du parti à cause de ses méthodes et consignes illogiques, ce journal n'a pas eu tord. Puisque Boshab avait été désavoué dès le jour même de sa désignation. On ne voyait pas en lui, un leadership de taille en mesure de conduire une énorme machine politique nommée PPRD parti du président sortant Joseph Kabila. «Sa nomination était l'aboutissement d'un forcing. Il nous a été imposé», affirme aujourd'hui l'un des dissidents. Et d'ajouter que Boshab n'avait aucun plan d'action quand il accédait au poste de secrétaire général. Ses stratégies, selon certaines sources n'avaient de finalité que de régler les comptes aux pro-Kamerhe qui demeurent encore au PPRD et à tous ceux-là qui pouvaient lui faire ombrage ou lui tenir la tête Boshab est un prétentieux. Il croit tout connaître. Il a fait croire à Kabila, qu'il serait réélu, si l'élection présidentielle était ramenée à un seul tour. Aujourd'hui, cette thèse a mis le président sortant dans une difficulté telle, qu'il lui est difficile d'envisager sa réélection. Son orgueil l'avait même poussé à prétendre, que lui Boshab à la tête du PPRD, Kabila passait président de la République pour un deuxième mandat sans recourir à une quelconque alliance avec qui que se soit. Ho Des rêveries pour ce Boshab qui d'ailleurs a été mal élu chez lui à Mweka dans le Kasaï-Occidental. A la veille des échéances, les estimations sur terrain à Mweka ne lui donnent p'as non plus gagnant aux élections de novembre prochain.

Quelle est loin l'époque où le parti présidentiel était dirigé dans la sérénité et la cohésion. A l'approche des échéances électorales, le bateau présidentiel PPRD tangue et risque de couler à cause de l'incurie managériale.

                                                                                            John TSHINGOMBE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article