Sport : La super coupe d'Afrique de la CAF. Le TP Mazembe Englebert s'adjuge la coupe pour la seconde fois consécutive.

Publié le par nsango04.over-blog.com

Après le doute et également après s'être fait peur, le TP Mazembe Englebert s'est finalement imposé à l'issue de l'épreuve des tirs au but, neuf à huit, face aux Marocains de FUS de Rabat. Au terme du temps reglèmentaire, les deux équipes avaient fait jeu égal, zéro but partout.

 

Les Congolais, vainqueurs pour la deuxième fois d'affilée du match des champions, rejoignent ainsi au palmarès de la Super Coupe Orange les Tunisiens de l’Etoile du Sahel (1997, 2007) et les Nigérians d’Enyimba (2003, 2004).

Ils demeurent encore à une longueur du Zamalek vainqueur à trois reprises (1993, 1996, 2002) et à deux longueurs d’Al Ahly qui compte quatre Super Coupes à son palmarès (2001, 2005, 2006, 2008).     

Lamine N’Diaye : « On n’a pas bien joué »

 

Lamine N’Diaye : « On n’a pas bien joué »
  Lamine N'diaye, coach de TP Mazembe  

Lamine N’Diaye à la sortie des vestiaires analysait avec beaucoup de lucidité le succès de son équipe le TP Mazembe dans la Super Coupe Orange. « On a repris l’entraînement il y a seulement quinze jours, mais on n’a pas le droit de jouer une mi-temps sans aligner trois passes consécutives comme on l’a fait. Nos adversaires n’y sont, bien sûr, pas étrangers. Ils ont, eux bien joué le coup.


On n’a pas réussi à sortir de derrière ; au milieu de terrain mes joueurs ont eu du mal à se trouver.


Dans ces conditions, il est difficile de porter le danger devant le but adverse ».

Mais Lamine N’Diaye avait d’autres explications au petit match des siens : »Mes joueurs étaient fatigués, je l’ai bien vu. Si j’avais pu faire dix changements à la mi-temps, je l’aurais fait. En plus, il y a trois ou quatre joueurs qui veulent partir. Ils ont actuellement la tête ailleurs. Mentalement ils n’étaient pas prêts. C’est la rançon du succès, mais c’est difficile de préparer un match dans ces conditions ».

Dans le camp du vaincu Loucine Ammouta n’était pas amer. L’entraîneur du FUS de Rabat était même satisfait de ses troupes : « Faire un match nul à Lubumbashi contre le détenteur du titre de champion depuis deux saisons, le finaliste de la Coupe du monde des clubs, c’est un grand exploit. L’équipe a été très disciplinée, décontractée même. Le challenge était d’autant plus difficile que trois joueurs essentiels, trois défenseurs viennent de nous quitter pour l’Europe. Je savais que l’on s’attaquant à un très gros morceau. Perdre aux tirs au but, c’est toujours un peu décevant.

Mais le FUS de Rabat jouait encore en deuxième division il y a deux ans. On a gagné, chez nous, la Coupe du Trône, on a gagné la Coupe de la Confédération Orange. Franchement si on nous avait proposé pareille aventure avant, j’aurais signé des deux mains. Je suis très fier de mon équipe et de son parcours et je salue notre adversaire car le match s’est déroulé dans un excellent esprit. Je l’avais abordé comme un match de gala, et ce fut un match de gala qui s’est terminé par des accolades ».

 

 

Kidiaba, héros de Lubumbashi.

 

Kidiaba, héros de Lubumbashi
TP Mazembe Englebert  
Le gardien Muteba Kidiaba a été le héros du TP Mazembe. C’est lui qui a permis au club congolais de conserver la Super Coupe conquise une première fois il y a un an. Les Corbeaux se sont imposés dans la douleur à l’issue d’une très longue épreuve des tirs au but qu’ils ont gagné par 9 à 8.

A l’issue du temps réglementaire les hommes du Sénégalais Lamine N’Diaye pas plus que ceux du Marocain Loucine Ammouta n’avaient pas réussi à inscrire le moindre but.
Et c’est donc Kidiaba, l’ultime rempart de Mazembe célèbre pour sa coupe de cheveux funky, qui a eu le dernier mot en bloquant la dernière tentative du FUS de Rabat.

La rencontre, qui coïncidait avec le coup d’envoi de la Ligue des champions Orange et de la Coupe de la Confédération Orange s’est déroulée en présence du Président de la CAF, Issa Hayatou, et des membres du Comité exécutif.

Les deux équipes n’ont pas réussi à exploiter les quelques occasions qu’elles se sont créées pendant le temps réglementaire. Les Congolais, sur le terrain, ont pratiqué un football plus offensif que les Marocains qui avaient choisi une tactique plus défensive dans le but de contrer les attaquants de Mazembe.

C’est la sixième fois que le vainqueur de la Super Coupe est désigné à l’issue des tirs au but après 1992, 1996, 1997, 2005 et 2006.
C’est le capitaine Pamphile Mihayo qui a reçu le trophée des mains du Président de la CAF.

 Ben BOMPUKU / cafonline.com

Commenter cet article