Sport : FECOFA. Claude Leroy 2 pour quel résultat ?

Publié le par nsango04.over-blog.com

 

 – Claude Leroy, ancien sélectionneur de la RDC

                                                    Claude Leroy, coach des Léopards de la RD Congo.

Cinq ans après son premier passage à la tête de la sélection nationale sénior messieurs de football de la RD Congo, l'expert français, Claude Leroy, retrouve dans des conditions quelque peu floues, une équipe qu'il avait décliné au profit des ambitions juteuses de pétrodollards.

En effet, Claude Leroy a signé en milieu  de la semaine dernière un contrat de travail d'une durée de trois ans en remplacement d'un autre sujet français, Robert Nouzaret. Ce dernier, ne pouvant plus digérer, ni supporter d'évoluer continuellement dans des condtions très peu professionnelles, peu orthodoxes et moins reluisantes, combinées à de nombreuses interférences et intrigues dans  ses choix, a préféré s'en aller à l'amiable avant que le bateau ne coule.

Robert Nouzaret est parti avec un bilan quelque peu flatteur,deux victoires, un match nul et une défaite, en compétitions officielles. Au de là de tout ce qui précède, j'estime qu'il était  qu'un entraîneur moyen. Il n'a pas su façonner le onze national congolais selon nos attentes. Avec lui, c'était  toujours le kibudi-kibudi. Pas de cohésion au sein  de l'équipe, pas d'un fond de jeu, etc.

Claude Leroy c'est pareil que Robert Nouzaret. Au mieux, bonnet blanc et blanc bonnet. A la seule différence qu'avec lui, c'est le football business. A cet effet, nous aurons régulièrement des matches amicaux en France, quasiment à toutes les dates FIFA. En contre partie, L'Etat congolais déboursera beaucoup d'argent mais ne verra pas d'éventuelles retombées financières que pourraient générer  toutes ces rencontres. Seul, un lobby mafieux logé au 31, avenue de la justice, à Kinshasa / Gombe, en diagonale d'un hôtel de la place en bénéficiera indument.

C'est pour la seconde fois que Claude Leroy prend la tête du staff technique des Léopards de la RD Congo. Mais que peut-il faire de mieux encore qu'il ne l'avait pas fait il y a six ans écoulés. Car, à cette époque, il disposait de toutes les facilités possible auprès du Chef de l'état, Joseph Kabila Kabange. Malheureusement, il n'est pas parvenu à battre ou même à égaler les performances de feu Watunda Iyolo et Médard Lusadusu en CAN 1998, au Burkina Faso. Troisième à l'issue de la compétition. D'ailleurs, avec Claude Leroy, pour nous qualifier à la CAN d'Egypte, nous étions deuxième de groupe.

Ben BOMPUKU

Commenter cet article