Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Socièté : En marge de la célébration du centenaire de la journée internationale de la femme. La femme ne doit pas se taire.

Publié le par nsango04.over-blog.com

 

 

Lapidées en Afghanistan et en Somalie, battues en Iran,… et violées en République démocratique du Congo, les femmes aujourd’hui sont victimes de plusieurs atrocités à travers le monde et souffrent de la cruauté des hommes.

 

Les statistiques concernant la violence à l’égard des femmes sont épouvantables. D’après le rapport de l’ONU, la violence faite à la femme est un problème universel et elle peut avoir différentes formes : physique, sexuelle, psychologique et économique que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de leurs maisons. Même les pays dits avancés n’y échappent pas.

 

Et au moins une femme sur trois dans le monde a été battue d’après le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-moon, forcée à avoir des relations sexuelles ou maltraitée d’une autre façon au cours de sa vie. Aujourd’hui, la plupart des états reconnaissent leur responsabilité de protéger les femmes de la violence, mais la réalité sur terrain est tout autre.

 

Brisons le silence en cette journée du 8 mars

 

Malgré que l’opinion internationale soit informée de la situation des femmes dans le monde, les violences faites à ces dernières restent pour beaucoup de cas impunies à ce jour. Raison pour laquelle disons que la femme ne doit pas se taire mais débattre et résister pour enfin de retrouver sa dignité.

 

 

C’est dans cette optique que plusieurs manifestations sensibilisatrices des femmes seront organisées en ce jour mémorable dans la capitale mondiale du viol, pour ne pas dire en République démocratique du Congo où un grand nombre de femmes ont été victimes des viols collectifs et de l’esclavage sexuel.

« De récentes études  ont  montré que  les  femmes  ont  plus de chances  de sortir  saines  et  sauves  d’une  tentative de  viol si elles se  débattent  que  si elles  pleurent  ou  supplient  leur agresseur »

A travers le monde, plusieurs femmes sont violées, battues ou abandonnées par leurs maris, il leur faut élever leurs enfants toutes seules et de ce fait, travailler dur pour que leur famille reste unie. D’un autre côté, nombreuses sont discriminées voire même dépersonnalisées.

 

A la question de savoir pourquoi tant de profanations à l’égard de la race féminine, l’une des raisons majeures est que le sexe et la violence envahissent les écrans de télévisions et du cinéma, la radio, les journaux, les magazines et les affiches En quelque sorte, les gens ne font plus que pratiquer ce qu’ils ont vu et entendu.

 

La lutte appartient à nous tous

 

Présentement c’est une femme congolaise qui est violée, une somalienne lapidée ou bien encore une iranienne battue. Si nous ne nous impliquons pas dans la lutte contre les violences féminines, demain ce sera peut être notre propre sœur, mère ou épouse qui en sera victime.

 

Sans plus tarder et tous ensemble, travaillons pour un monde réellement juste en dénonçant tous les auteurs des crimes commis contre les femmes dans notre environnement ou bien pendant les conflits armés.

 

 

Grâce à cet article, la communauté « Jeunes Congolais » rend hommage à toutes les femmes du monde et se fait l’un des défenseurs de la liberté et du développement de la femme.

 

Journée internationale de la femme : voix de femmes africaines
 
Par RFI
La célébration de la Journée internationale des femmes au Libéria.
La célébration de la Journée internationale des femmes au Libéria.
Photo : ONU / E. Kanalstein

Place aux femmes ce 8 mars 2011. A l’exemple des femmes du monde entier qui continuent de lutter contre les inégalités, les Africaines ne sont pas en reste en cette journée particulière. Elles s’appellent : Fatiha, Chiquita Mathilde, Adizatou, elles se battent contre les préjugés, pour obtenir et défendre leurs droits, une lutte au quotidien qui n’entame pas leur détermination. 

 

Les femmes africaines ne sont pas en retrait ce 8 mars 2011, journée internationale de la femme. Pour elles aussi, c’est l’occasion d’exprimer et de réaffirmer leur volonté de ne pas être l'objet d'inégalités, d’exister et de participer pleinement au devenir de la société.

 

Au Niger, comme les hommes, les femmes sont appelées aux urnes samedi 12 mars, pour le deuxième tour de la présidentielle. Traditionnellement, les Nigériennes se déplacent en nombre dans les bureaux de vote. Même si elles ont les mêmes droits civiques que les hommes, les traditions ont toutefois la vie dure et dans certains couples, le mari n'hésite pas à voter à la place sa femme.

 

Adizatou Soumala est responsable d'une association de défense des droits des femmes à Maradi, l'association : Leadership Challenge. Elle dénonce une mauvaise interprétation de la religion qui vise à limiter les droits des femmes, et  informe les femmes sur leurs droits. Pour Adizatou Soumala la lutte est au quotidien.  

Commenter cet article