Politique : Retour triomphal de José Makila à Mbandaka.

Publié le par nsango04.over-blog.com

 

 

Rentré hier à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur, José Makila a été objet d’un accueil délirant, malgré le mot d’ordre du Mlc à la population de ne pas aller l’accueillir à l’aéroport.

 

L’élu de Gemena est attendu ce mardi dans son fief électoral où un accueil plus délirant que celui de Mbandaka l’attend.

 

Les observateurs se demandent si entre le Mlc et José Makila il y a encore quelque chose. En attendant que l’avenir nous renseigne, on constate qu’à Mbandaka, José Makila est plus fort que le Mlc. Le retour de José Makila au pays annonçait des jours difficiles pour ses adversaires politiques, même au sein du Mlc. Ceux qui l’avaient prédit ne s’étaient pas trompés. José Makila est arrivé hier lundi à Mbandaka par un avion de la Monusco. L’annonce de cette arrivée a mis sens-dessus sens-dessous les milieux politiques du chef-lieu de la province de l’Equateur. Une vraie confusion.

 

La population qui est loin d’oublier son gouverneur et l’un des députés les mieux élus du pays, se préparait à l’accueillir. Ce mouvement de la population de Mbandaka a créé une vraie peur-panique dans les rangs des politiciens aussi bien de la province que de l’opposition. Le premier parti politique à souffrir de ce retour triomphal de José Makila à Mbandaka, c’est le Mlc qui, qui jusqu’à la preuve du contraire, est son parti politique. Il nous revient que les dirigeants du Mlc, à partir de Kinshasa, ont donné des ordres pour que personne ne se déplace pour aller accueillir José Makila à l’aéroport.

 

Un coup d’épée dans l’eau

 

Cette démobilisation a été un vrai coup d’épée dans l’eau. La population a choisi d’ignorer le mot d’ordre de la hiérarchie nationale du Mlc. Comme si cela ne suffisait pas, l’autorité provinciale, renseigne la même source, est entrée en danse pour dissuader la population à faire le déplacement de l’aéroport en vue d’accueillir l’ancien gouverneur de l’Equateur, José Makila. Il a été dit à la population que José Makila ne viendrait pas parce que lundi, aucun avion de ligne n’était attendu dans le chef-lieu de la province de l’Equateur.

 

On a encore, en vue toujours d’empêcher la population d’aller à l’aéroport, fait croire que José Makila était un citoyen simple, par conséquent, il n’était pas question de lui réserver un accueil dû aux dirigeants politiques qui auraient des responsabilités nationales. Pour la population de Mbandaka, tout cela était des gouttes d’eau sur les plumes du canard.

La population a tenu à se rendre comte elle-même de la réalité. Elle s’est massivement déplacée pour l’aéroport. Notre source fait état d’une meute de policiers déployés pour empêcher la population à rejoindre l’aéroport. Heureusement, les soldats des Fardc se sont interposés pour obliger la police à laisser la population aller accueillir l’ancien gouverneur de l’Equateur.

 

Un incident évité de justesse.

 

Selon la même source, il y a eu même tentative d’empêcher l’atterrissage de l’avion. Les éléments des Fardc ont encore une fois empêché ce qui allait être un incident grave avec la Monusco. A part la foule qui s’est donné rendez-vous à l’aéroport, la population de Mbandaka s’est massée le long des artères empruntées par le cortège de Josée Makila. C’est la preuve que cette population garde un bon souvenir de son gouverneur. Le fait que cette population ait refusé d’obtempérer au mot d’ordre de la hiérarchie nationale du Mlc, est un désaveu à ces dirigeants sinon à ce parti politique. La question que plus d’un observateur se posent c’est de savoir si la population de Mbandaka se reconnaît encore à travers la hiérarchie du Mlc.

 

Il nous revient qu’en plus du Secrétaire général du Mlc, François Muamba, Jean-Lucien Busa serait de ceux qui ont cherché à empêcher l’accueil délirant de José Makila à Mbandaka. Le candidat malheureux au gouvernorat de l’Equateur n’a pas encore oublié sa déconfiture. Il y a de quoi en vouloir à José Makila qui avait publiquement rejeté cette candidature. En effet, l’ancien gouverneur s’était clairement désolidarisé du candidat officiel du Mlc dès le moment où la direction de ce parti politique n’avait pas encore expliqué pourquoi elle avait actionné et obtenu le départ de José Makila de la tête de la province. Si c’était pour le remplacer, José Makila avait choisi de ne pas leur offrir le pouvoir sur un plateau en or.

 

La revanche de José Makila.

 

Quant au secrétaire général du Mlc, François Muamba, il a beau jouer la neutralité négative dans cette affaire, la population de Mbandaka sait qu’il est un de ceux qui avaient glissé des peaux de bananes sur le parcours du gouverneur José Makila. Pour cette raison, cette population de Mbandaka très attachée à son gouverneur, a rendu la pareille à François Muamba en ignorant son mot d’ordre.

 

L’élu de Gemena n’entend pas s’arrêter à Mbandaka. Il nous revient qu’il rejoindra ce mardi son fief électoral à Gemena. On s’attend encore une fois à un accueil délirant. Dans les milieux des analystes politiques on se pose beaucoup de questions sur la tentative des dirigeants du Mlc de boycotter l’accueil de José Makila. Est-ce déjà une lutte de succession au sein de ce parti politique ? S’agit-il d’un schisme au sein du Mlc, d’un désaveu simple de François Muamba et son club d’amis ?

 

En attendant que l’avenir nous renseigne, il y a lieu de constater qu’à Mbandaka, José Makila s’est montré plus fort que le Mlc/Muamba. Et on s’étonne de cette coalition observée à Mbandaka contre l’ancien gouverneur, José Makila. Pour une fois, l’autorité provinciale et le Mlc se sont ligués contre l’élu de Gemena. L’échec de cette coalition face à l’élu de Gemena augure des joutes politiques interdites aux cardiaques. Le paysage politique équatorien nous réserve donc beaucoup de surprises.

 

L’Avenir

Commenter cet article