Politique : Report à nouveau de la publication des résultats des législatives du 28 novembre dernier.

Publié le par nsango04.over-blog.com

Au risque de prolonger la crise politique, la Commission nationale électorale indépendante (Ceni) a reporté au 26 janvier la proclamation des résultats définitifs des élections législatives du 28 novembre dernier. Les résultats provisoires auraient dû être connus dès cette semaine.
Ce report intervient alors que la Ceni est de plus en plus confrontée à un problème de crédibilité. Très vivement critiquée pour le décompte des élections présidentielles, où les partis d’opposition mais aussi les évêques catholiques et de nombreuses missions d’observation avaient dénoncé de «graves irrégularités», la Ceni, pour sauver la mise, avait invité des experts indépendants.
Deux associations américaines, l’International Foundation for Electoral Systems, et le National democratic institute, déjà partenaires du processus d’évaluation de la Ceni, avaient été sollicitées. Mais sans attendre ces experts, la Ceni poursuivit seule ses tâches de compilation. Arrivés sur les lieux, les spécialistes, ne trouvant guère de terrain d’entente avec les Congolais, décidèrent de repartir au bout de 10 jours.
Les premiers résultats officieux suscitent déjà un tollé : 40 députés du Parlement sortant ont demandé l’annulation du scrutin ! C’est que la tactique mise en place par la majorité présidentielle s’est avérée payante : tenant compte des particularités du vote à la proportionnelle et du très grand nombre de candidats (19.000 pour 500 sièges…), des petites listes ont été créées, au bénéfice de leur seul chef de file. Ces élus sur des listes alliées du PPRD (la formation du président Kabila) seront amenés à rejoindre, le moment venu, la large majorité le soutenant.

Frère et a sœur de Kabila élus.

Plusieurs personnalités proches de ce dernier ont déjà été élues haut la main : sa sœur Jaynet et son frère Zoe, qui avaient mené campagne dans le fief katangais ; le député Augustin Katumba Mwanke ; le président de l’Assemblée Evariste Boshab. Cependant, plusieurs ténors se sont retrouvés sur le carreau : d’ex-mobutistes, comme le ministre du Tourisme José Endundo ou le ministre des Affaires étrangères Tambwe Mwamba, recalé au Maniéma malgré le soutien de la mère du président, tandis que le gouverneur du Sud-Kivu, Marcellin Cishambo, ancien conseiller du président, a échoué devant l’animateur de radio Maendeleo, une radio communautaire !
Au Kasaï oriental, fief de Tshisekedi, on relève également des anomalies ou des surprises : le très actif François Mwamba, ex-lieutenant de Jean-Pierre Bemba, a obtenu moins de 2.500 voix tandis que la sœur de Tshisekedi a fait plus de 40.000 voix…
Face à la contestation croissante, trois candidats malheureux à l’élection présidentielle (Kengo wa Dondo, Mbusa Nyamwisi et Adam Bombole) ont proposé que l’on en revienne à la formule classique de la politique congolaise : une table ronde, un dialogue entre les parties. Bref, un partage du gâteau à l’amiable, au lieu de la domination spectaculaire de la majorité présidentielle…
Le soir.be

Commenter cet article