Politique : Des manifestants surexcités à l'accueil du ministre Adolphe Lumanu à Kananga.

Publié le par nsango04.over-blog.com

 

 Le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, Adolphe Lumanu, est arrivé vendredi à Kananga, capitale de la province du Kasaï-Occidental, en mission de service au sujet du dossier du gouverneur Trésor Kapuku Ngoyi, retenu à KInshasa depuis décembre dernier pour une affaire judiciaire au Parquet Général de la République. Une arrivée émaillée d’incidents entre la police et des jeunes gens, pro-Kapuku, qui tentent d’empêcher le cortège du ministre d’atteindre le centre ville.

 

Reportage Le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur débarque à l’aéroport de Kananga, ce vendredi 11 février 2011, avec comme agenda, selon sa propre déclaration, de consulter différentes couches sociales de la province à propos du dossier gouverneur Kapuku.

 

 Il est accueilli par une foule de jeunes surexcités. Sur les calicots et banderoles que ceux-ci bradissent tout au long du trajet du cortège on peut lire: «Lumanu, assassin de la démocratie», «Le Kasaï-Occidental n’est pas sous la tutelle du ministère de l’Intérieur», «Pas de Kapuku, pas d’élections au Kasaï-Occidental». «Je suis blessé à la tête,» se plaint un jeune homme dans la foule. C’est l’un des blessés des accrochages entre les pro-Kapuku et les policiers chargés d’assurer la sécurité du cortège d’Adolphe Lumanu.

 

Selon les sources, le bilan des inidents est de deux blésssés. Au centre ville où le cortège arrive, Lumanu s’adresse à la presse locale: «Nous ne sommes pas venus ici pour chasser quelqu’un ou pour installer quelqu’un d’autre. Nous sommes venus pour trouver des solutions tout à fait consensuelles. C’est pourquoi nous sommes ici. Et ces solutions, il faut les trouver dans la paix en évitant que l’ordre public soit troublé.»

 

 

 

 

Une attitude des manifestants surexcités accueillant le ministre Adolphe Lumanu à Kananga.

Photo Radio Okapi.

 

 

 

 

Copyright Radio Okapi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article