Politique : Audit dans les ministères. Panique au sein du Gouvernement ?

Publié le par nsango04.over-blog.com

 Fin de législature inquiétante. Audit dans les ministères : Panique au sein du Gouvernement !

 

 

 

 

Les inspecteurs des finances sont à pied d'oeuvre dans les ministères. Partout où on les signale, ils passent au peigne fin tous les documents comptables. Les ministères ont obligation de geler toutes les dépenses avant que le contrôle ne prenne fin. Selon toute vraisemblable, celui-ci pourrait se clôturer, pour certains secteurs gouvernementaux, cette semaine.

Un ministre liquide et à la main leste, l'a révélé aux siens qui le sollicitaient financièrement. Il leur a clairement dit que tous les ministères sont contraints à une austérité financière. A partir de lundi, les a-t-il rassurés, la situation peut connaître un certain dénouement.

En cette fin de législature, Kabila veut voir clair dans la gestion de chacun. La purge est loin d'être finie. Sur la base des conclusions qui lui seront remises, il lèvera une option définitive par rapport au remaniement ou au réaménagement technique. Si la compromission est grande et touche une partie considérable de l'équipe Muzito, la première option sera appliquée. A défaut de quoi le numéro un congolais va se contenter de la seconde option.

Dans tous les ministères, c'est la panique. On vit suspendu au temps. D'autant que cette fois, il s'est avéré très difficile de soudoyer les inspecteurs des finances. La méthode de travail imposée à ces derniers n'a pas beaucoup facilité le marchandage.

De toutes les façons, ceux qui ont chipoté dans la caisse publique n'ont aucune illusion à se faire. Le chef de l'Etat tient à lancer un signal fort au sein de l'opinion publique en cette veille d'élections. Pour sa prochaine réélection, beaucoup de choses vont se jouer au taux d'application de la tolérance zéro. Cette dernière, qui a patiné pendant longtemps, semble soudain avoir pris sa vitesse de croisière.

30 juin

Il apparaît de plus en plus aujourd'hui que si remaniement ou réaménagement technique il y aura au sein de l'équipe Muzito, l'opération va se dérouler au rythme de la tolérance zéro. Cela explique pourquoi les inspecteurs financiers ont été lâchés dans tous les secteurs de l'équipe Muzito. Pour frapper fort dans l'opinion, Kabila ne veut pas d'un changement gouvernemental dicté par des impératifs purement spéculatifs et politiques. Il veut plutôt placer son action sous le signe de l'éthique politique et de l'assainissement des mœurs. Après la visibilité indéniable des cinq chantiers, le front du redressement des mentalités dans la gestion de la chose publique s'impose comme une urgence pour tout celui qui veut bien négocier la grande explication du 28 novembre prochain.

A l'allure ou les événements se précisent, il devient presque sûr de parier que le chef de l'Etat a accepté de prendre son mal en patience jusqu'au 30 juin 2011. L'audit diligenté dans les ministères, celui de la cours des comptes dans les provinces plaident largement en faveur de cette thèse.

Si le remaniement était imminent, l'on n'aurait nullement procéder au cumul des portefeuilles ponctué par des  remises - reprises officielles. Ainsi la vice primature en charge des postes, téléphones et télécommunications gère de manière cumulative celle du travail et prévoyance sociale jadis pilotée par Nzanga Mobutu. Le ministre des mines prend la relève de Marie Laure Kawanda aux transports, celui de l'industrie prend le Commerce.

Cette manière de procéder démontre qu'une sévère diète a été décrétée en attendant, bien entendu, une certaine échéance d'avance arrêtée. Un délai butoir au de là du quel l'on compte imposer une mue conséquente à l'équipe gouvernementale.

 

 



                                                                                                                               Le Palmarès

Commenter cet article