Panique à la Radio Télévision Nationale Congolaise, RTNC. Un boa à la recherche d'une proie...

Publié le par nsango04.over-blog.com

 

 

La tour du bâtiment de la RTNC, à Kinshasa, Lingwala.

 

Comme dans un conte populaire de l’homme – crocodile, un boa impressionnant par sa longueur, a trouvé refuge depuis quelque temps dans un tunnel de l’ascenseur défectueux au deuxième étage du bâtiment de l’Antenne de la rédaction - Radio de la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC), a-t-on appris hier de bonne source. Des témoignages recueillis dans les couloirs de la Tour administrative de la Cité de la Voix du Peuple renseignent que ce reptile géant aurait déjà fait plusieurs apparitions soudaines.

 

Il continue à semer la terreur et la panique parmi les cadres et agents de la RTNC, surtout parmi les techniciens de la régie radio qui, eux, passent régulièrement la nuit à l’antenne. Dans ce climat, sans doute, il faut avoir un courage de fer pour travailler dans la quiétude. Selon des témoignages, l’animal disparait et retourne dans sa cachette à la rencontre d’une personne. L’ADG a.i Ernest Kabila s’est impliqué personnellement à mettre ce reptile géant hors d’état de nuire. Cela est un préalable déterminant en vue d’un retour de la quiétude dans la communauté. Dans cet ordre d’idées, il nous revient que les contacts sont déjà amorcés avec les services spécialisés du ministère de l’Environnement, en vue de repérer et maîtriser le boa.

 

Car les agents de l’antenne radio travaillent avec la peur dans le ventre. Surtout que cet événement survient à peine que le Président de la République venait de mettre à la disposition de la RTNC des bus pour le transport du personnel. Par ailleurs, les cadres et agents, le syndicat de la RTNC conduit par maman Jacquie Dimangwala et les mamans retraitées, dont notamment Eugénie Lutula ont exprimé leur soutien au chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange. Ils l’ont remercié d’avoir placé sa confiance à l’ADG a.i Ernest Kabila, en vue de la bonne marche des activités de la RTNC.

 

Franck Ambangito / L'Avenir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article